Skip to content

La plateforme Carling - Saint-Avold élabore, stocke et expédie des produits chimiques avec pour préoccupation majeure de préserver la sécurité des Hommes et des installations. 

Au quotidien, la sécurité est une valeur. Qu’il s’agisse de prévention des risques de sécurité au poste de travail mais aussi de santé au travail, la sécurité passe avant tout. Total demande donc à son personnel mais aussi à celui des entreprises partenaires d’appliquer le même niveau d’exigence : l’objectif zéro accident. 

L’humain au cœur de la sécurité  

 

•    126 collaborateurs SST (Sauveteurs Secouristes au Travail),
•    Une politique de formation personnalisée,
•    Un Service d’Inspection interne, certifié par la DREAL,
•    21 auditeurs internes pour environ 20 audits internes / an
•    Un service de santé au travail présent sur le site (1 médecin et 3 infirmiers)
•    Un service de prévention des risques au travail,
•    Un service Intervention, Incendie et Sûreté qui compte 21 pompiers professionnels dédiés 24h/24,
•    Un accès réglementé et surveillé par des gardiens 24h/24h.
 

La maintenance

 

La sécurité des Hommes passe par la sécurité des installations. Le site Carling- Saint-Avold s’attache à améliorer en permanence la fiabilité de ses installations et garantir la qualité de ses produits. La méthode pour y parvenir : une politique de maintenance préventive et d’inspection adaptée.

Au quotidien, environ 40 collaborateurs œuvrent pour la maintenance du site : techniciens, électriciens ou automaticiens, mais aussi généralistes et instrumentistes. Exploitants et entreprises partenaires travaillent de concert. Ils apportent assistance à l’exploitation, préparent et gèrent les arrêts d’unité et dépannent avec un impératif : le respect de la règlementation (normes ATEX, conformités électriques, etc.).

 

Une culture sécurité ancrée 

Culture sécurité ancrée

 

•    La prévention des risques au quotidien (journées QHSE, Stop Card, présence des animateurs HSE sur le terrain, etc.),
•    Un processus d’identification, de déclaration et de suivi des anomalies : SeedCard,
•    La création et l’utilisation de Retours d’EXpérience (REX),
•    Un indicateur pour le suivi des accidents,
•    Un encadrement rigoureux des travaux (plan de prévention, permis, autorisations de travail, etc.),
•    Des Equipements de Protection Individuelle obligatoires.
 

Mise en situation 

Mise en situation

 

Sur une année, 60 exercices réguliers incendie / sauvetage sont réalisés sur l’ensemble du site, dont 11 Plan d’Opération Interne (POI).

Le site pouvant être confronté à des situations dangereuses comme des accidents humains et matériels liés à l’activité industrielle, aux chantiers, à la pollution ou encore aux incendies, il est nécessaire de s’exercer. Aussi, une fois par an, le Service Intervention Incendie Sûreté s’exerce avec les Sapeurs-Pompiers de Moselle - (SDIS 57) accompagné par la DREAL1. 

Evacuation du personnel, lutte contre l’incendie, mise en sécurité des équipements, … autant de missions à effectuer selon un scénario établi au préalable avec pour objectif de vérifier la coordination entre les pompiers de la Plateforme et ceux du SDIS 57 qui peuvent être amenés à intervenir ensemble sur le site. L’exercice se termine par une réunion de débriefing. 

Être prêt en cas de problème : un impératif qui demande implication et rigueur.
 

Nos entreprises partenaires 

 

Pour nous aider dans l’accomplissement de notre métier, nous avons besoin de partenaires et fournisseurs capables de mettre en œuvre notre politique Sécurité Santé Environnement et Qualité. 
Les différentes entreprises apportent leur professionnalisme dans plusieurs domaines, notamment dans des métiers spécialisés comme : la chaudronnerie, la tuyauterie, les charpentes métalliques, le levage, la sûreté, etc. 
Un certain nombre d’exigences et prérequis encadrent la préparation et la réalisation des interventions des entreprises.  

En premier lieu, l’ensemble des sociétés intervenantes sur le site doivent être agréées, c’est-à-dire disposer d’une organisation HSE (Hygiène Sécurité Environnement) répondant aux exigences définies par Total. 
Conformément à la réglementation française, il est également obligatoire d’établir un Plan de Prévention écrit entre Total et ses entreprises intervenantes. Celui-ci repose notamment sur la prise en compte et connaissance des fiches métiers qui détaillent les principaux risques et prescriptions associés pour 25 principales activités dangereuses effectuées par les entreprises. Ce Plan de Prévention permet à tous les intervenants de se familiariser ou de revoir les risques induits par l’activité du site ainsi que les mesures de prévention en vigueur dans la Raffinerie. 

En plus de ces règles travaux, ces fiches métier décrivent l’ensemble des formations de base obligatoires pour intervenir sur le site tels que l’accueil sécurité site, la formation à la sécurité des personnels des entreprises, ou encore toute formation ou habilitation requise par la nature de ses travaux : CACES, port du harnais, surveillant travaux, etc.  

Aussi, des réunions d'échanges entre Total et ses Entreprises Partenaires sont organisées en complément des réunions de coordination et de planification journalière avec les entreprises ayant lieu dans chaque secteur, pour coordonner les travaux et identifier les coactivités et les interférences sur le terrain. 

Enfin, pour chaque intervention, une Autorisation de Travail est délivrée à l’entreprise. Celle-ci rappelle les risques et les mesures adaptées. Elle est complétée par un  Bon de Validation, délivré quotidiennement et qui permet l’accès au lieu d’intervention. 

Les arrêts de maintenance

 

Sur un site tel que celui de la plateforme Carling - Saint-Avold, la règlement ationimpose de réaliser régulièrement un grand arrêt de maintenance. Grâce à la reconnaissance par la DREAL du Service Inspection Technique, les grands arrêts sur le site sont planifiés tous les 6 ans, voire tous les 4 ans pour certaines installations.

En quoi consiste un grand arrêt ?

 Il s’agit d’arrêter une unité afin d’en inspecter les équipements et de confirmer son redémarrage en exploitation.

Comment est organisé un grand arrêt ?

Une unité ne s’arrête pas du jour au lendemain. Un grand arrêt est pensé et planifié près de 2 ans en amont et s’organise en plusieurs étapes :

  • Etablissement des travaux à réaliser,
  • Réflexion sur les projets d’amélioration à mettre en place,
  • Choix des entreprises extérieures partenaires de confiance,
  • Préparation du chantier,
  • Arrêt,
  • Inspection pour validation de redémarrage pour 6 années.

Un arrêt d’unité, comme l’arrêt « TOPAZE » réalisé en 2013 sur le vapocraqueur a mobilisé jusqu’à 1 200 intervenants sur le chantier.